Skip to content

Erdogan: « Israël surpasse Hitler dans la barbarie »

erdoganLa Turquie accuse les Etats-Unis de défendre Israël; Netanyahou: Erdogan profane la mémoire de la Shoah.

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a accusé Israël d’avoir « surpassé Hitler dans la barbarie » lors de ces attaques à Gaza.

« Les Israéliens n’ont aucune conscience, aucun honneur, aucune fierté. Ceux qui condamnent Hitler nuit et jour ont surpassé Hitler dans la barbarie », a déclaré Erdogan à ses partisans lors d’un meeting politique dans la ville d’Ordu au bord de la mer Noire.

Le chef du gouvernement turc a également accusé les Etats-Unis de défendre la « tactique disproportionnée » d’Israël.

Mais Erdogan a mis en garde ses partisans contre tout acte de colère à l’égard de la population juive du pays.

« Je n’approuve aucun mauvais comportement à l’encontre de nos compatriotes juifs, en dépit de tout cela. Ils sont des citoyens de notre pays », a-t-il ajouté. Près de 17.000 Juifs vivent en Turquie.

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a réagi samedi soir aux paroles d’Erdogan, les qualifiant d' »antisémites » et qui « désacralisent la mémoire de la Shoah ».

La porte-parole du secrétaire d’Etat américain John Kerry, Jen Psaki, a qualifié les remarques d’Erdogan de « fausses et offensantes », ajoutant que « bien entendu ce genre de rhétorique provocatrice n’aide pas aux efforts urgents pour aboutir à un cessez-le-feu ».

Mise en garde aux Israéliens se rendant en Turquie

Israël a décidé de réduire au minimum sa présence diplomatique en Turquie, qui a vivement condamné ses opérations militaires à Gaza, après de violentes manifestations à Istanbul et Ankara devant les missions israéliennes.

« A la suite des manifestations d’hier, il a été décidé de réduire le personnel diplomatique en Turquie », a indiqué un porte-parole de l’ambassade d’Israël, qui a précisé que les représentations israéliennes ne seraient cependant pas fermées.

Les autorités israéliennes ont également lancé vendredi une mise en garde à leurs ressortissants les avisant de ne pas se rendre actuellement en Turquie en raison de l’hostilité qui y règne à l’égard des Israéliens à cause de l’opération militaire de l’Etat hébreu à Gaza.

« L’environnement hostile en Turquie en raison de l’opération Bordure protectrice incite à éviter les visites qui ne sont pas indispensables et à prendre des mesures de vigilance nécessaires et exceptionnelles. Il faut impérativement éviter tous les foyers de manifestations israéliennes », peut-on lire dans le communiqué israélien.

Des centaines de manifestants ont attaqué aux premières heures de vendredi le consulat général d’Israël dans le centre d’Istanbul, provoquant une intervention musclée des forces de l’ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogène et de canons à eau.

Réunis à l’appel d’organisations islamistes, la foule a lancé de pierres, brisant des vitres de la représentation tandis que certains manifestants tentaient de franchir les grilles et de pénétrer dans l’enceinte du bâtiment avec des drapeaux palestiniens.

« Israël assassin’ scande la foule »

La police antiémeute turque est intervenue à plusieurs reprises, jusqu’à l’aube, tirant des grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants qui scandaient « Israël assassin, quitte la Palestine! » ou « Juif assassin! ».

A Ankara, des députés du parti islamo-conservateur dirigé par le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, champion de la cause palestinienne, ainsi que ceux de l’opposition, ont manifesté de leur côté dans la nuit devant la résidence de l’ambassadeur d’Israël.

La police a pris vendredi d’importantes mesures de sécurité autour des représentations israéliennes à Istanbul et Ankara alors que des ONG islamistes ont appelé à de nouvelles manifestations dans la journée dans les deux villes.

Le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoglu a condamné avec véhémence les opérations d’Israël, exhortant la communauté internationale à faire « cesser l’agression israélienne qui tue cruellement femmes et enfants ».

Le chef de l’Etat Abdullah Gül a lui aussi fermement réagi contre Israël, redoutant « une situation encore plus grave, si cette agression ne s’arrête pas ».

Le parlement turc devait adopter une déclaration commune vendredi, pour dénoncer Israël.

Jeudi, M. Erdogan, qui entretient des liens étroits avec le mouvement islamiste Hamas qui contrôle Gaza, a qualifié les bombardements israéliens sur Gaza de « tentative de génocide systématique » des Palestiniens.

M. Erdogan, qui part favori dans la course à l’élection présidentielle d’août en Turquie, avait accusé mardi Israël de « terrorisme d’Etat » et exclu toute normalisation avec ce pays.

« Les efforts en faveur d’une réconciliation entamés l’an dernier à la suite d’une médiation américaine entre les deux pays sont désormais au point mort », a indiqué M. Erdogan.

« Tant que je serais au pouvoir, il n’y aura rien de positif avec Israël », a dit M. Erdogan accusant une nouvelle fois l’Etat hébreu de perpétrer « un génocide » contre les Palestiniens, sous les regards de la communauté internationale.

La Turquie a reçu vendredi le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, qui s’est entretenu à Istanbul avec son homologue turc et M. Erdogan.

source: http://www.i24news.tv/

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :