(PARTIE 4) Noël, un vrai faux anniversaire du vrai Messie – Juifs, musulmans et chrétiens face à Jésus-Christ (Paix sur lui) par Imam Kanté


Noël, un vrai faux anniversaire du vrai Messie
Juifs, musulmans et chrétiens face à Jésus-Christ (Paix sur lui)

 (PARTIE 4)

imam-kante

Ahmadou Makhtar Kanté
Imam, écrivain et conférencier
amakante@gmail.com

Les thématiques qui seront abordées dans les lignes qui suivent sont :

  • La place de Joseph et le statut conjugal de Marie ;
  • Les conditions de l’annonce de la conception et de la naissance du futur enfant de Marie ;
  • Les noms, qualificatifs et missions du futur enfant ;
  • La modalité de la conception et de l’enfantement.

Annonce et statut conjugal

Dans les récits du Coran relatifs à Jésus, aucune mention n’est faite de Joseph et pas une fois, Marie (Paix sur elle) n’est présentée comme la fiancée ou l’épouse de quelqu’un. Elle vivait retranchée dans le temple et même sa nourriture la trouvait sur place par un miracle qui est aussi le signe de la grâce divine qui l’accompagnait. Le Coran attire l’attention du lecteur sur l’importance d’une atmosphère d’isolement afin qu’aucun doute et qu’aucune suspicion ne pèse sur la naissance miraculeuse et virginale en cours d’avènement. En revanche, si Marie se trouve enceinte alors qu’elle est fiancée ou épouse de quelqu’un, le doute peut s’installer dans l’esprit des gens quand il s’agira pour elle de se déclarer innocente de fornication et d’adultère dans une société juive de cette époque où l’auteur de telles turpitudes était sévèrement puni par la loi de la Thora et moralement dévalorisé. La preuve en est que même pour Joseph dont les évangiles font le fiancé ou l’époux de Marie, la chose lui semble tellement insupportable qu’il envisage de se séparer d’elle : « Voici de quelle manière arriva la naissance de Jésus-Christ. Marie, sa mère, ayant été fiancée à Joseph, se trouva enceinte, par la vertu du Saint-Esprit, avant qu’ils eussent habité ensemble. Joseph, son époux, qui était un homme de bien et qui ne voulait pas la diffamer, se proposa de rompre secrètement avec elle.  Comme il y pensait, voici, un ange du Seigneur lui apparut en songe, et dit : Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre avec toi Marie, ta femme, car l’enfant qu’elle a conçu vient du Saint-Esprit ;  elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus » Dans ce récit de Matthieu, on note qu’il a donc fallu que l’ange vienne à la rescousse pour convaincre Joseph et que celui-ci fasse œuvre de foi pour garder son épouse.

Selon le Coran, l’annonce de la naissance virginale et miraculeuse de Jésus n’est faite à personne d’autre que Marie, ce que tout le monde trouvera logique et là, il y a convergence avec le récit de Luc « Au sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, auprès d’une vierge fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph. Le nom de la vierge était Marie. L’ange entra chez elle, et dit : Je te salue, toi à qui une grâce a été faite ; le Seigneur est avec toi. Troublée par cette parole, Marie se demandait ce que pouvait signifier une telle salutation. L’ange lui dit : Ne crains point, Marie ; car tu as trouvé grâce devant Dieu.  Et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. » (Luc, 1.26-31)

Aussi bien dans le Coran que dans l’évangile de Luc, Marie a droit à une préparation à sa future grossesse virginale et miraculeuse. Dans Luc, c’est Marie qui est chargée de donner le nom de Jésus au futur enfant. Par contre, chez Matthieu, l’ange ne s’adresse qu’au seul Joseph qui est aussi chargé de donner le nom de Jésus au futur enfant. Dans ce cas de figure, Marie qui est la principale concernée ne reçoit pas d’annonce alors qu’elle est déjà enceinte ! Dans les récits de Luc et Matthieu, l’ange fait son apparition seul et jamais sous forme humaine. Marie ne fait qu’entendre sa voix alors qu’il apparaît en songe à Joseph. Dans les deux récits de Luc et Matthieu l’annonciation et la conception virginale de Jésus sont décrites en une seule étape.

Le Jésus attendu et son « profil »

Voici ce que disent les deux récits de Luc et de Matthieu sur le « profil » du futur Jésus :

  • « Il sera grand et sera appelé Fils du Très Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père. Il règnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n’aura point de fin » (Luc 1.32-33) ;
  • « elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus; c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. Tout cela arriva afin que s’accomplît ce que le Seigneur avait annoncé par le prophète: Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom d’Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous » (Matthieu 1.21-23)

Quant à la modalité de la conception miraculeuse et virginale de Jésus, voici ce qu’en disent les deux évangiles :

  • « Marie dit à l’ange: Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d’homme? L’ange lui répondit: Le Saint Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très Haut te couvrira de son ombre. C’est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu » (Luc 1.34-35) ; « Car rien n’est impossible à Dieu » (Luc 1.37)
  • « Voici de quelle manière arriva la naissance de Jésus Christ. Marie, sa mère, ayant été fiancée à Joseph, se trouva enceinte, par la vertu du Saint Esprit, avant qu’ils eussent habité ensemble » (Matthieu 1.18)

Sur les noms, qualités et missions mentionnés dans l’annonce de la conception et de la naissance du futur Jésus, le Coran mentionne ceci : Jésus est une créature de Dieu ; il est protégé contre le « toucher de Satan » par l’invocation de sa grand-mère Anne, épouse d’Amram ; il va naitre sans père, d’une mère vierge et sans statut conjugal ; il est une parole (kalimah) de Dieu et un esprit de Lui (Rûh) ; il est un fils pur (zakiy), il est ‘Îsâ (Jésus) fils de Marie, et « al masîh » (le Messie), illustre (wajîh), un des proches de Dieu (muqarrabîn) ; il est un signe (âyah) et une miséricorde (rahmah) pour les gens ; il est dépositaire du don de l’Ecriture (al kitâb) et de la sagesse (hikmah) et va confirmer la Thora tout en lui apportant quelques réformes ; il est envoyé aux fils d’Israël ; il va parler aux gens au berceau en tant que bébé et à l’âge adulte ; il va guérir les malades, ressusciter des morts, dire ce qui est caché dans les maisons, donner vie à de l’argile en forme d’oiseau ; il va exhorter les fils d’Israël à la crainte et à l’observance des commandements de Dieu, et à lui (Jésus) obéir afin qu’il les guide dans le droit chemin (sirâtal mustaqîm) ; il affirme que Dieu est son Seigneur (Rabb) comme Il l’est pour les fils d’Israël. Voici les versets y afférents :

 « Et lorsque la femme d’Amran dit: « Seigneur, je T’ai voué en toute exclusivité ce qui est dans mon ventre. Accepte-le donc, de moi. C’est Toi certes l’Audient et l’Omniscient ». Puis, lorsqu’elle en eut accouché, elle dit: « Seigneur, voilà que j’ai accouché d’une fille »; or Allah savait mieux ce dont elle avait accouché! Le garçon n’est pas comme la fille. « Je l’ai nommée Marie, et je la place, ainsi que sa descendance, sous Ta protection contre le Diable, le banni » (Le Coran, 35 : 36)

« Elle dit : «Seigneur ! Comment aurais-je un enfant, alors qu’aucun homme ne m’a touchée ? » – «C’est ainsi ! » dit-Il. Dieu crée ce qu’Il veut. Quand Il décide d’une chose, Il lui dit seulement : «Sois»; et elle est aussitôt » (Le Coran, 3 : 47) ; 

« Et lorsque les Anges dirent : «Ô Marie, voilà que Dieu t’annonce une parole de Sa part : son nom sera le Messie, Jésus, fils de Marie, illustre ici-bas comme dans l’au-delà, et l’un des rapprochés de Dieu. Il parlera aux gens, dans le berceau et en son âge mûr et il sera du nombre des gens de bien» » (Le Coran, 3 : 45-46) ;

« Ô gens du Livre (Chrétiens), n’exagérez pas dans votre religion, et ne dites d’Allah que la vérité. Le Messie Jésus, fils de Marie, n’est qu’un Messager d’Allah, Sa parole qu’Il envoya à Marie, et un esprit (Rûh) venant de Lui. Croyez donc en Allah et en Ses messagers. Et ne dites pas « Trois ». Cessez! Ce sera meilleur pour vous. Allah n’est qu’un Dieu unique. Il est trop glorieux pour avoir un enfant. C’est à Lui qu’appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre et Allah suffit comme protecteur. » (Le Coran, 4 : 171)

« Il (l’Ange) dit : «Je suis en fait un Messager de ton Seigneur pour te faire don d’un fils pur» (Le Coran, 19 : 19) ; « Il (l’Ange) dit : «Il dit : «Je suis en fait un Messager de ton Seigneur pour te faire don d’un fils pur».  Elle dit : «Comment aurais-je un fils, quand aucun homme ne m’a touchée, et je ne suis pas prostituée ? » Il dit : «Ainsi sera-t-il ! Cela M’est facile, a dit ton Seigneur ! Et Nous ferons de lui un signe pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C’est une affaire déjà décidée». Elle devient donc enceinte [de l’enfant], et elle se retira avec lui en un lieu éloigné. Ainsi sera-t-il ! Cela M’est facile, a dit ton Seigneur ! Et Nous ferons de lui un signe pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C’est une affaire déjà décidée» (Le Coran, 19 : 19 : 22) ;

« «Et (Dieu) lui enseignera l’écriture, la sagesse, la Thora et l’Évangile,
et Il sera le messager aux enfants d’Israël, [et leur dira]: «En vérité, je viens à vous avec un signe de la part de votre Seigneur. Pour vous, je forme de la glaise comme la figure d’un oiseau, puis je souffle dedans : et, par la permission de Dieu, cela devient un oiseau. Et je guéris l’aveugle-né et le lépreux, et je ressuscite les morts, par la permission de Dieu. Et je vous apprends ce que vous mangez et ce que vous amassez dans vos maisons. Voilà bien là un signe, pour vous, si vous êtes croyants ! Et je confirme ce qu’il y a dans la Thora révélée avant moi, et je vous rends licite une partie de ce qui était interdit. Et j’ai certes apporté un signe de votre Seigneur. Craignez Dieu donc, et obéissez-moi. Dieu est mon Seigneur et votre Seigneur. Adorez-Le donc : voilà le chemin droit.» (Le Coran, 3 : 48-51)  

Voici ce que le Coran dit sur la « modalité » de la conception virginale de Jésus : « Il dit: «Ainsi sera-t-il! Cela M’est facile, a dit ton Seigneur! Et Nous ferons de lui un signe pour les gens, et une miséricorde de Notre part. C’est une affaire déjà décidée». Elle devint donc enceinte de lui (l’enfant), et se retira avec lui en un lieu éloigné. » (Le Coran, 19 : 21-22)

Pour ce qui va se passer après la conception virginale, les récits de Luc et Matthieu diffèrent sur certains points que nous n’allons pas examiner dans cette étape de notre discussion. De son côté, le Coran dit que Dieu a guidé Jésus et sa mère Marie vers une localité située en hauteur et dotée de cours d’eau sans plus de détails. Le récit complet sera abordé plus bas.

Récapitulation sommaire

Relativement au miracle de la conception virginale de Jésus, Luc parle de l’arrivée sur Marie du Saint Esprit et du recouvrement de celle-ci par l’ombre de la puissance du Très-Haut. Matthieu, lui, écrit simplement que Marie est enceinte par les vertus de Saint Esprit sans plus de détails. Dans le Coran, le mystère de la conception virginale reste droite ligne de sa définition originelle, c’est-à-dire, impénétrable. L’ange dit tout simplement à Marie que son apparition sous forme humaine et seul indique que le moment de la conception du futur Jésus est venu comme cela a été annoncé et que tout a été déjà décidé et est chose facile à Dieu.  D’où l’expression coranique « Et elle devint enceinte de lui ». La particule « Fa » mentionné dans le verset indique que le « portage » de l’enfant s’est fait tout de suite après que l’ange ait dit à Marie ce que Dieu lui a demandé de dire. Une autre expression du Coran parle de « parole de Dieu lancée à Marie » et une autre dit que Dieu a insufflé de son Esprit dans la matrice (farj) de Marie. La littérature théologique du judaïsme, de la chrétienté et de l’islam regorge de spéculations et polémiques qui ont eu des incidences significatives sur les croyances des uns et des autres concernant Jésus.

Le Coran est beaucoup plus prolixe que les évangiles de Luc et Matthieu sur le « profil » annoncé de Jésus. On y trouve que Jésus est une créature de Dieu ; il a moult noms et qualités qui en font un homme pur, doté par Dieu de pouvoirs exceptionnels, un prophète, un envoyé aux fils d’Israël et un guide impeccable. Le fondement ou la justification de ce qui vient d’être dit est tiré non pas de ce que Jésus dit de lui-même ou de ce que d’autres disent de lui, mais de ce que l’écriture dit de lui à travers les annonces des anges. L’enseignement immuable que le Coran donne sur Jésus est qu’il faut reconnaître et éprouver un grandissime respect à son égard pour le statut, les fonctions et les missions exceptionnels dont il est l’unique dépositaire sans que cette réelle grandeur ne soit transformée en divinisation de son humble personne. Par contre, dans ce que rapportent les évangiles de Luc et de Matthieu sur l’annonciation, voici les thématiques qui ressortent : la divinité de Jésus (Fils du Très-Haut, Fils de Dieu et Emmanuel, Dieu qui sauve) ; le sauveur des péchés de son peule ; la royauté en tant que Jésus est l’héritier éternel du trône de David son père. Étant entendu que, si Dieu le veut, nous reviendrons sur les enjeux théologiques de ce qui vient d’être dit notamment entre le christianisme et l’islam.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s